AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sous le dôme, un espoir [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Edward Manchester

Messages : 17
Ville : Platinum
Dons : Psychic - contrôle des rêves

MessageSujet: Sous le dôme, un espoir [Libre]   05.12.12 10:48

Le temps était maussade. C'était à peu près tout ce que je pouvais dire, en regardant à travers le carreau de ma vitre, le regard décomposé. Le ciel était triste, gris cendré, avec d'épais nuages moutonneux. Je n'aimais pas ce temps, il me rendait d'humeur mélancolique et tout ce dont j'avais envie, c'était de me pelotonner dans une couverture bien chaude, devant la télévision, avec un chocolat chaud fumant entre les mains, pour me consoler un peu. J'avais tout perdu de mon ancienne vie. Tout avait été détruit. J'en aurais ri en donnant raison aux Mayas si les datent correspondaient. C'était la fin du monde et notre espèce avait presque était entièrement décimée. Malgré ma dispute avec mon père et la rancœur que je vouais à ma mère, j'espérais tout de même secrètement qu'ils soient toujours en vie, que je puisse les revoir, leur demander pardon et leur dire que, malgré leurs défauts, je les aimais toujours.

Même si je voulais rester à la maison, dans ma nouvelle demeure, il fallait que je sorte faire quelques achats. Mon frigo était vide et avait triste mine. Je n'avais plus rien à me mettre sous la dent. Vraiment plus rien. Et comme l'heure du déjeuner approchait à grands pas, je devais absolument mettre le nez dehors, même si cette idée ne me plaisait pas du tout. Avec un soupir, je me dirigeai donc vers le hall d'entrée. Habituellement, j'adorais faire des courses, envisager les prochains repas que je cuisinerais, et parfois je passais dans certains rayons où je n'avais strictement rien à faire, je les longeais, puis j'avais un coup de cœur pour un objet et je l'achetais. Il était assez rare que je me fasse plaisir, je ne pouvais pas réellement me le permettre avec mon salaire misérable. Aujourd'hui, les choses étaient complètement différentes. Mon travail restait le même, mais je vivais dans une maison et mon salaire était légèrement plus conséquent, peut-être car nous n'étions que quelques rares survivants. Les seuls de cette planète. Je ne savais toujours pas ce qui était arrivé dehors, quelle catastrophe avait pu toucher le monde et je tentais de le savoir, je posais parfois des questions autour de moi, mais personne ne savait ou n'osait me répondre.

Je me saisis de mon manteau et le jetai sur mes épaules, attrapai mes clés et quittai ma petite maison, affichant un regard radieux. Je n'étais pas du genre à montrer de la colère ou de la tristesse. Les rares fois où je l'avais fait, je l'avais très rapidement regretté. C'était un peu comme si je n'avais pas le droit d'exprimer tout sentiment négatif, comme si j'étais dans l'obligation d'être constamment de bonne humeur, et cela m'anéantissait littéralement. J'avais l'impression d'être le seul à ne pas avoir le droit d'être triste, fâché, énervé, vexé, jaloux...C'était l'impression que j'avais, le sentiment que je ressentais.

Ce fut donc tout sourire que je marchai d'un pas tranquille dans les rues, affichant une mine faussement heureuse. Bon, je ne vais pas non plus dire que j'étais complètement malheureux, aujourd'hui, mais ce temps-là me déprimais. Heureusement, s'il pleuvait ou neigeait, la pluie et la neige ne nous atteindrait pas. Après tout, nous nous trouvions sous un dôme. Parfois, j'imaginais que c'était la trop forte pollution qui avait engendré cette catastrophe. C'était tout à fait possible. Ou alors était-ce peut-être une chaîne d'éruptions volcaniques, comme dans le film Volcanic. Ou alors était-ce un enchaînement de tsunamis, suivi d'une nouvelle ère glaciaire, comme dans le film Le jour d'après ? Je ne savais pas. Je ne savais pas non plus combien de temps s'était écoulé depuis que j'avais perdu connaissance. Je ne me rappelais même plus ce qui s'était passé avant que j'atterrisse ici, sûrement à cause de cette catastrophe que personne n'avait vu venir. Heureusement pour moi, j'avais été retrouvé vivant, puis l'on m'avait soigné, habillé, nourri et logé. Je pouvais m'estimer heureux d'être toujours en vie, mais ça faisait tout de même un énorme changement ! Ma vie avait été totalement bouleversée et je devais m'en accommoder. Je n'avais pas le choix, c'était comme ça.

A nouveau, un soupir franchit mes lèvres et je changeai de rue, en même temps que de trottoir, en direction du supermarché. Heureusement, il y avait un énorme panneau qui indiquait la direction à suivre, pour ceux qui auraient tout juste débarqué ici et qui ne connaîtraient pas la ville. Ils continuaient de chercher des survivants et je trouvais cette action plutôt touchante. Même si les espoirs de retrouver des personnes vivantes en-dehors du dôme étaient infimes, ils ne perdaient pas espoirs et moi, je les encourageais. Parfois, je me demandais même si je ne devrais pas m'engager à leurs côtés pour les aider. Il faudrait qu'un jour je me renseigne...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Sous le dôme, un espoir [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Falcon Sphere :: Platinum City :: ∞ La supérette-